La mine d’or de Poura : Les ex travailleurs de la SOREMIB réclament vérité et justice

0
227

La corporation de la Société de Recherche et d’Exploitation Minière du Burkina (SOREMIB) de l’Association Nationale des Travailleurs Déflatés (ANTD) a organisé ce 07 décembre une conférence de presse à Ouagadougou. L’objectif était de revenir sur la mise en œuvre des recommandations issues de la Commission d’enquête parlementaire sur les titres miniers et la responsabilité sociale des Entreprises Minières. L’ANTD dit avoir des revendications par rapport à la mine de pourra après être entré en contact avec ladite commission. Cette conférence de presse a été l’occasion pour ladite association d’exposer les problèmes des ex travailleurs de la SOREMIB.

Il faut « vider les contentieux relatifs à l’exploitation de la mine d’or de Poura et accélérer sa réouverture. Diligenter une information administrative sur la clôture du Projet SYSMIN mis en œuvre de 1998 à 2003 ». C’est ce qui est ressorti a en croire le représentant de la corporation, SAVADOGO Mahamadi, lors de leur audience auprès du Président de la commission Dr Ousseni TAMBOURA le 15 novembre 2016.

  1. Sawadogo s’interroge de la fermeture subite de la société qui pour eux, est un scandale. « Effectivement comment comprendre qu’avant même la fin de la réhabilitation de la mine de Poura, financée à hauteur de 07 milliards de FCFA par l’union européenne, il soit procédé à sa fermeture qui a abouti à jeter tous les travailleurs dans la rue », a-t-il martelé et d’ajouter, « Cela est un scandale que nous cesserons de dénoncer jusqu’à ce que les responsabilités soient situées et que les problèmes sociaux restés en suspens soient résolus ».

Quand est-il des problèmes sociaux évoqués ?

L’indemnisation financière des 283 travailleurs compressés le 10 aout 1990, sans accompagnement aucun et dans la misère la plus totale.

L’indemnisation financière des 356 ex travailleurs lors de la fermeture de la SOREMIB en 1999.

L’indemnisation financière des ex travailleurs de la SAHELIAN GOLDFIELD INC et l’exécution de leur décision de justice.

« Ces indemnisations correspondent à la revendication de notre Association faitière, l’ANTD qui regroupe 36 sociétés liquidées ou privatisées dans le cadre des PAS de la Banque Mondiale, le FMI, lesquels avaient recommandés une indemnisation de 60 mois de salaire déflatés afin que leurs réinsertions sociales puissent être effectives ». A laissé entendre SAVADOGO Mahamadi.

En outre la corporation dit ne pas comprendre et désire savoir pourquoi le ministère en charge des mines refuse de collaborer avec ladite commission d’enquête parlementaire sur les titres miniers et la responsabilité sociale des entreprises minières. M. Sawadogo et son groupe s’interroge sur ce refus de collaborer avec la commission.

Les conférenciers affirment que leurs dossiers se trouvent au niveau du Haut Conseil de réconciliation et de l’unité nationale (HCRUN). Ils terminent en lançant un appel à la corporation ANTD de la CEMOB à fédérer leurs efforts, afin d’appuyer le comité de suivi de l’Assemblée nationale pour la mise en œuvre des recommandations issues de la commission d’enquête parlementaire sur les titres miniers et la responsabilité sociale des entreprises.

Notons que La mine d’or de Poura a fermé ses portes le 30 aout 1999. Ayant procédé au préalable, le 10 du même mois, a une déflation de la population. Toute chose qui a entrainé d’énormes conséquences.  La paupérisation de ses travailleurs, le chômage, la dislocation des familles, la non scolarisation des enfants et l’instabilité des ex-travailleurs sont de ceux-là.