Burkina : un redressement fiscal de 29 millions de dollars notifié à Nantou (Paradise papers)

0
43

La dernière enquête du Consortium international des journalistes d’investigation (Icij), publiée ce week-end, s’est notamment intéressée à un prêt de 45 millions de dollars accordé par le géant suisse des mines et du négoce Glencore à une entreprise en RDC contrôlée par l’homme d’affaires israélien Dan Gertler, ainsi qu’à la situation fiscale de sa filiale au Burkina Faso, nous informe notre confrère Jeune Afrique.

 

Géant mondial du négoce de matières premières minières et agricoles, le groupe suisse Glencore est depuis longtemps l’objet de nombreuses interrogations. Avec la publication d’une série d’articles sur l’évasion fiscale, le Consortium international des journalistes d’investigation (Icij) lève un coin du voile.

Évasion fiscale au Burkina Faso

Parallèlement aux documents émanant de la firme d’avocats Appleby, les journalistes de l’Icij ont obtenu une note confidentielle de la direction des impôts burkinabè qui accuse la filiale locale de Glencore, Nantou, d’évasion fiscale, notamment par le paiement de charges fictives à une société écran immatriculée dans les Îles vierges britanniques, Pasley Universal, afin de réduire ses revenus imposables. « Nantou a essayé de convaincre les autorités que Pasley a des activités réelles, mais ces dernières n’en ont pas eu la preuves », écrit l’Icij.

Selon cet audit, l’entreprise aurait également bénéficié de déductions fiscales auxquelles elle ne pouvait pas prétendre. Le 26 octobre 2016, un redressement fiscal de 29 millions de dollars a ainsi été notifié à Nantou – une somme qui aurait ensuite été réduite à 1,5 million de dollars, selon les réponses de Glencore à l’Icij.

Des accusations qui viennent s’ajouter aux critiques d’ordre social (« des allégations totalement rejetées » par la direction de Glencore) et environnemental qui entourent la gestion de la mine de zinc de Perkoa.

Après les Swiss Leaks et les Panama Papers, cette organisation, qui rassemble 400 journalistes de 96 médias, a en effet dévoilé ce week-end sa dernière enquête sur les mécanismes d’optimisation fiscale dont profitent les multinationales et les grandes fortunes mondiales, s’appuyant notamment sur 6,8 millions de documents internes du cabinet d’avocats Appleby : e-mails, contrats de prêts, délibérations du conseil…

Bref24

Source : Jeune Afrique

Photo d’illustration